Site destiné aux résidents de France logo Sanofi
Partager

La prise en charge de l’arthrose

La prise en charge de l’arthrose a pour objectif de soulager les symptômes, notamment la douleur, et d’améliorer le fonctionnement de l’articulation touchée…

Ménager son articulation

L’articulation arthrosique ne doit pas être sollicitée inconsidérément. Par exemple, en cas d’arthrose de la hanche ou du genou, il est conseillé d’éviter les longues marches et les stations debout prolongées. Il faut en quelque sorte « économiser » son articulation arthrosique… Ce qui ne veut pas dire rester au lit, bien au contraire !

Bouger malgré l’arthrose

Il est capital de continuer à pratiquer une activité physique régulière en cas d’arthrose. Il s’agit de trouver le juste milieu entre ne rien faire, qui aboutit à une faiblesse musculaire nocive pour l’articulation et votre moral, et forcer sur votre articulation, ce qui risquerait d’accentuer les douleurs et d’accélérer l’usure du cartilage. Vous avez le choix dans le type d’activité, mais, de préférence orientez-vous vers des activités douces comme la marche, le golf, le cyclisme, la natation… Il vous faudra adapter la durée et l’intensité à la gêne que vous ressentirez.

Perdre du poids

La perte de poids est essentielle dans la prise en charge de l’arthrose, qu’elle soit située au niveau de genou, de la hanche, de la colonne vertébrale… Si vous êtes en excès de poids, cela peut être le moment idéal d’aller consulter un nutritionniste ou un diététicien qui vous aidera à équilibrer votre alimentation. Perdre du poids va soulager vos douleurs et ralentir l’évolution de la maladie.

Suivre une rééducation

La rééducation, avec l’aide d’un kinésithérapeute, est capitale. Elle pourra vous aider à préserver la stabilité de votre articulation, à conserver une certaine souplesse et à favoriser la réparation du cartilage

Utiliser des aides à la marche

Les aides à la marche peuvent réduire la douleur en cas d’arthrose de la hanche ou du genou. Elles comprennent l’usage d’une canne (du côté opposé à l’articulation touchée) ou d’un déambulateur si l’arthrose touche les deux côtés. En cas de poussée inflammatoire, votre médecin pourra même vous conseiller d’utiliser deux béquilles pour décharger vos articulations.

Porter des appareillages

Des attelles peuvent être prescrites par votre médecin pour :

  • Soulager vos douleurs,
  • Améliorer la stabilité de l’articulation et diminuer le risque de chute (avec une genouillère par exemple en cas de gonarthrose)
  • Prévenir les déformations, notamment au niveau des doigts.

Le port de semelles plantaires peut également soulager les douleurs en cas d’arthrose du genou, de la hanche ou du pied.

Prendre des médicaments

Les médicaments antalgiques (avec le paracétamol en 1ère intention) vont permettre de lutter contre vos douleurs. Lors d’une poussée inflammatoire, votre médecin pourra vous prescrire un médicament anti-inflammatoire. Il existe également des médicaments dits « anti-arthrosique symptomatiques d’action lente » limités au traitement symptomatique à effet différé dans l’arthrose de la hanche et/ou du genou.

Recevoir des infiltrations de corticoïdes

Dans certains cas, si vos douleurs sont rebelles aux médicaments ou en cas d’épanchement articulaire, votre médecin pourra réaliser une injection intra-articulaire de corticoïdes. Ce geste peut soulager vos douleurs rapidement mais sur une courte période.

Envisager une viscosupplémentation

Le principe de la viscosupplémentation est de pallier l’insuffisance qualitative ou quantitative du liquide synovial de l’articulation arthrosique en l’enrichissant par une substance viscoélastique composée d’acide hyaluronique. Le genou est une articulation qui se prête bien aux injections. Vous pouvez y recourir en cas d’échec aux antalgiques et/ou d’intolérance aux anti-inflammatoires.

La viscosupplémentation a pour objectif de redonner davantage de mobilité à votre articulation et de soulager vos douleurs. L’effet de la viscosupplémentation peut être différé dans le temps et se prolonger jusqu’à 1 an pour le genou.

Se faire opérer

Si vous n’êtes pas soulagé après un traitement rigoureusement suivi, qui conjugue à la fois adaptation de votre hygiène de vie, rééducation et médicaments, votre médecin pourra vous proposer la mise en place d’une prothèse au niveau de la hanche ou du genou. Ces prothèses vont remplacer tout ou partie de votre articulation arthrosique. L’intervention chirurgicale est le dernier recours, après que l’équipe médicale a épuisé les autres moyens thérapeutiques, aux bonnes posologies.

Si l’arthrose de votre hanche ou de votre genou est due à une déformation, un autre type d’intervention chirurgicale pourra être proposé : il s’agira de corriger la déformation pour soulager l’articulation. C’est ce qu’on appelle une « chirurgie conservatrice » (c’est-à-dire que l’on « conserve » l’articulation).

 


 

Sources :

  • « Soigner l’arthrose » du Dr Laurent Chevallier, Dr Danielle Verdié-Petibon, Fayard.
  • « Le livre de l’interne, Rhumatologie » du Pr Daniel Bontoux, Médecine-Sciences Flammarion.
  • « Mieux vivre avec une arthrose » d’Agnès Chabot, Editions Arnaud Franel.
  • Henrotin Y et al. Traduction franc ̧aise des recommandations de l’Osteoarthritis Research Society International (OARSI) sur la prise en charge de la gonarthrose et de la coxarthrose. Revue du Rhumatisme, 2009 ; 76 : 279-88
  • Jordan KM et al. EULAR Recommendations 2003 : an evidence based approach to the management of knee osteoarthritis : Report of a Task Force of the Standing Committee for International Clinical Studies Including Therapeutic Trials (ESCISIT). Ann Rheum Dis 2003 ; 62 : 1145–55
  • Sellam J, Berenbaum F. L’arthrose est-elle une maladie métabolique. Revue du Rhumatisme, 2013 ; 80 : 547-52
ATTENTION, VOUS AVEZ CHOISI DE QUITTER LE SITE
url du site

Ce lien est fourni à titre informatif uniquement.
Sanofi ne peut être tenu responsable du contenu de ce site externe.